Raphaël Bastide is an artist and designer based in Paris. His work is mainly related to the digital and computer program culture. His projects include installations, online and offline performances, websites and custom made programs.

He claims the paternity of the art pieces of Fabien Mousse, Alice Leonards, Carlo Lowfi, ECOGEX studio and collective N.I.E.I. which are artists personas he created since 2008.

His sculptural work takes the form of installations or instruments, and focus on making conceptual models inspired by programs, languages, and software. By exploring thematics such as time distortions and version-based fiction, he researches the potential influence of digital systems on the physical reality.

Raphaël Bastide is a free software user, maker, and evangelist. He is part of research collectives such as VTF, PrePostPrint, LISEZMOI ex-member of Libre Objet.

Timelines

link

info

Timelines est une série de représentations de lignes temporelles non linéaires inspirées par la science fiction, le principe de superposition quantique et les systèmes de contrôles de versions utilisés en programmation. Elles font référence au statut ambiguë des objets mathématiques et des modèles informatiques : leurs échelles, fonctions et factures imprécises en font des objets hybrides, entre outils et essais plastiques.

Projet réalisé avec le soutiens de La Génarale

Timelines is a set of nonlinear time representation inspired by science fiction, the quantum superposition principle and version control systems used in programming. They refer to the ambiguous status of mathematical objects and computer science models: their imprecise scales, functions, and craftsmanship make it them objects, between tools and sculptural trials.

This project was achieved with the support of La Génarale

Huxtable

link

info

Huxtable est une installation qui met en regard sous deux formes, ce qui peut exister entre les images. Sur un écran se joue en boucle une animation de 12 images, provocant chez le regardeur l’illusion de mouvement par persistance rétinienne et effet phi. Sur des plaques de cire entourant l’écran, sont figurées les différences calculées par un programme comparant chaque image de l’animation avec la suivante. Cette encre noire transférée sur les plaques de cire, donne à voir ce qui change entre chaque image et ignore ce qui reste inchangé. Huxtable expose des contrastes de textures (métal, cire), lumière (additive, soustractive) et de techniques (impression et transfert tonner, programmation)… L’installation donne au regardeur la possibilité de comparer comment le cerveau humain par des phénomènes optiques et le programme informatique, révèlent ce qui est entre les images mais qui ne se voit pas.

Présenté lors de Quoi Noir Ligne, IPN, Toulouse.

Huxtable is an installation that offers two forms of what can exist between images. A screen is playing a twelve image animation which, due to retinal persistence and phi phenomenon, creates for the audience the illusion of movement. Still images, that are the results of a comparison of each frame with the next, are shown on wax sheets surrounding the screen, therefore showing the variations from each step of the animation. The dark ink transfered on the wax sheets is allowing the audience to see what changes between each frame of the animation while ignoring what stays the same. Huxtable reveals many contrasts: materials (metal, wax), lights (additive, subtractive) and techniques (toner printing and transfer, programming). The installation offers the audience the opportunity to compare how the human brain (with optical phenomena) and the software interpret distinctly the space between images.

Shown at IPN, Toulouse, France.

Twins

link

info

L’ésthétiqe de l’entanglement réside dans la beauté qui provient des processus qui ne sont ni entièrement natuels, ni artificiels, mais qui mélengent le meilleur des deux. […] Les artéfacts de l’ entanglement sont simultanément artificiels et naturels; ils sont à la fois faits et nés.

The Enlightment is Dead, Long Live the Entanglement, Danny Hillis, MIT press

Cette performance devait être à l’origine un exercice de programmation intensive d’une durée de 3 jours ayant pour but de mettre au monde deux intelligences artificielles. Elle devint au fil du travail et de l’épuisement physique un questionnement sur la paternité numérique (la relation entre un développeur et ses créatures intelligentes) et sur l’émotion du non-humain. Les recherches sur les réseaux de neurones artificiels et les avancées qui concernent l’apprentissage machine permettent d’approfondir la connaissance de notre espèce, et plus particulièrement du cerveau humain. Inspiré par cette approche, le projet Twins tente de redéfinir une forme d’art par rétroconception (rétro-ingénierie du vivant), corrélant les questions du sensible et de l’émotion à ce qui n’est pas humain. La performance Twins, et plus précisément le journal vidéo qui l’accompagne, spécule sur les relations entre un public synthétique et des créations conçues pour lui.

Espace LBTG, Ivry-sur-Seine, France.

The aesthetics of the Entanglement is the beauty that emerges from processes that are neither entirely natural nor artificial, but blend the best of both. […] Entanglement artifacts are simultaneously artificial and natural; they are both made and born.

The Enlightment is Dead, Long Live the Entanglement - Danny Hillis - MIT press

Originally, this performance was intended as a three-day exercise of intensive coding to produce two artificial intelligences. Through work and physical exhaustion, it became a study on digital paternity (the relation between the developer and his intelligent creatures) and on the emotional capabilities of non-humans. The research on artificial neural networks and the progress made in machine learning are letting us expand and refine our knowledge of our own species and of the human brain. Inspired by this approach, the Twins project is trying to redefine an art form through reverse engineering of the living, while correlating the issues of perception and emotional abilities to what is not human. The Twins performance, and specifically the video diary that ensued are speculating on the relations between a synthetic public and creations made for him.

Espace LBTG, Ivry-sur-Seine, France.

Guropoli.net

link

info

Guropoli.net est à la fois un site web et une image artificielle unique. Comme ses versions sont incrémentées à chaque visite, ce document est potentiellement déjà obsolète une fois affiché, vu, copié, téléchargé, ou inclus dans une page. L’image est marquée temporellement et composée d’une combinaison d’éléments graphiques évolutifs, assurant son unicité. Elle est générée avec GD, une bibliothèque graphique PHP populaire, utilisée massivement sur les serveurs web mutualisés. Ce choix technique explique le grain basse définition de l’image.

À la frontière des medium image et site web, ce document ambigüe tente de redéfinir la valeur d’une image numérique, créant une chimère entre une image authentique et sa propre archive.

Créé pour l’exposition en ligne Guggenheim Åzone Futures Market

Guropoli.net is both a website and an artificial unique image. Because its version is incremented with each visit, this document is potentially already obsolete once displayed, seen, copied, downloaded or embedded. The image is time stamped and composed with a combination of evolving graphic elements, that makes the image unique. It is generated using GD, a popular PHP graphic library, extensively used on shared web server. This technical choice explains the low-fi grain of the image.

At the edge of the mediums image and website, this ambiguous document tries to redefine the value of a digital image, by creating a hybrid between an authentic image and its own archive.

Created for Guggenheim’s online exhibition Åzone Futures Market

Diff

link

info

Diff est un ensemble d’installations d’objets disposés en narration circulaire qui se parcourt dans un sens comme dans l’autre. Chaque étape de cette fiction réarrange les objets en changeant leurs place, caractéristiques physiques, présence ou nature.

Ces changements, décrits dans un langage créé pour le projet sur des feuilles plastifiées, font références à « Diff », programme de comparaison de versions utilisé dans le développement informatique. Ici, seules ces différences témoignent de la fiction à double sens proposée au visiteur. La documentation élargit la perception des objets et devient le sujet même de la pièce, dont les objets deviennent les sujets de transformations et métamorphoses.

Diff a été présenté en 2015 à la Gallerie Suzanne à Bruxelles.

Diff is a set of objects installations arranged in a circular two way narration. Each step of this fiction rearranges the objects by changing their place, physical characteristics, presence or nature. Those changes - depicted in a language that has been created for the occasion - refers to Diff, a version comparison program used in computing development. Here, only the differences witnesses of the two way fiction, shared with the visitor. The documentation expand the perception of the objects, and become the very subject of the piece, and makes the objects simple subjects on transformations and metamorphosis.

Diff was shown in 2015 at Suzanne Gallery in Brussels.

Diff Triptych (rotation)

link

info

Modélisation d’une rotation de 90° sous la forme d’un triptyque : Les états avant et après l’opération de rotation y sont représentés, séparés par la matérialisation de leurs différence. Cet entre-objet devient le programme basique permettant de transformer l’état initial en état final.

Exposé en 2016 : Hello World, Galerie de l’Angle, Paris.

Diff triptych (rotation) models a 90° rotation in the form of a triptych: the states before and after the rotation operation are depicted, separated by a materialization of their difference. This inter-object becomes the basic program that allows transforming the initial state into the final one.

Exhibited: Hello World, Galerie de l’Angle, Paris in 2016.

BRANCH

link

info

Les informaticiens, hackers, ou adeptes du logiciel libre et open source appellent « branche » ou « fork », une dérivation dans les versions d’un programme. En créant une nouvelle branche de travail, l’initiateur ou tout contributeur peut expérimenter, augmenter, ou modifier un projet sans crainte d’interférer avec le reste du développement.

À la galerie DE LA CHARGE à Bruxelles, un manche de pelle fut placé dans un angle de l’espace d’exposition. Son placement exact par rapport à une origine virtuelle, correspond au placement d’une version d’une installation antérieure : le même manche de pelle du moins un objet répondant analogue, a été installé, mesuré, documenté et publié en ligne une année plus tôt. C’était la version 0.7 du projet d’installations versionnées 1962.

C’est à partir de ce manche de pelle, qu’est née la dérivation entre 1962 et BRANCH. Cet objet ainsi que le protocole de documentation et de publication avec Git furent les seuls éléments conservés entre les deux versions. La nature, les dimensions et les coordonnées dans l’espace de chaque objet furent décritent sur un document affiché dans l’espace d’exposition. Le langage utilisé pour cette description fut créé pour le projet : tout en possédant les caractéristiques d’un langage informatique, il est destiné à une lecture et une interprétation par l’humain. Comme pour le corpus 1962 dont BRANCH fait partie, les objets choisis sont des objets-références qui étendent la documentation départ leurs caractéristiques physiques. Ils deviennent des modèles, intimement liés à leurs contexte, comme la Théière de l'Utah, objet de référence des programmes d’images de synthèses.

Computer programmers, hackers or free software developers use to call “branch” or “fork” a derivation in versions of a program. By creating a new work branch, the initiator or any contributor can study, complete, or modify a project without risking to interfere with the remaining development.

At DE LA CHARGE gallery in Brussels, a shovel handle was placed in one of the exhibition space corners. Its exact place in relation to a virtual origin matches the place of an older version of another installation: the same shovel handle was shown, measured, documented online one year before that. It was the version 0.7 of the installation project 1962.

From this shovel handle was born a derivation between 1962 and BRANCH. This object and the documentation and publication protocol with Git was the only elements kept between the two versions.

Révisable 1

link

info

Installation collaborative exposée à iMAL, Bruxelles en juillet et aout 2013. Sur place ou en ligne, les visiteurs ont la possibilité de modifier le parcours de cordes élastiques sur une grille de crochets fixés au mur, sur le sol et le plafond de l’espace d’exposition. Les modifications sont réparties chaque semaine pendant deux mois, et documentées, photographiées et versionnées en ligne dans un langage conçu pour l’occasion. Le système de gestion de version Git archive la documentation et son code source.

This collaborative installation has been shown at iMAL, Brussels in July of 2013. On site and online, visitors can modify the path of elastic ropes on a hook grid on the walls, on the floor, and on the ceiling of the exhibition space. Modifications are spread each week during two months, documented, captured, versioned online with a dedicated language. The version management system Git archives the documentation and its source code.

Révisable 2

link

info

Révisable 2 poursuit les recherches menées durant Révisable 1, qui portait sur la mise à jour manuelle d’installations versionnées. Chacune des 5 structures qui composent Révisable 2 possède une matrice d’accroches sur laquelle est tendue une corde suivant un chemin décrit par un code spécifique. Chaque structure révisable est synchronisée sur ce même code, l’interprétant différemment selon ses caractéristiques physiques propres.

Le code est renouvelé par l’artiste toutes les deux semaines, et la synchronisation des révisables est opérée manuellement par le personnel de la galerie. Chaque version est ensuite photographiée et archivée sur la page web du projet.

Révisable 2 is taking further the research made during Révisable 1, which was about the manual update of a versioned installation. Each of the 5 structures that constitute Révisable 2 own a matrix of hooks, on which a taut rope is installed following the path described by a specific code. Each revisable structure is synchronised on this same code while being interpreted differently in accordance with its own physical features.

The code is renewed by the artist every two weeks, and the synchronisation of the Révisables is undertaken manually by the gallery's staff. Each version is then photographed and archived on the project's webpage.

ueli

info

Un performeur dessine une forme dans l’espace de la galerie à l’adhésif bleu. Un second performeur décolle et enroule le tracé quelque mètre après.

Performé par Raphaël Bastide et Louise Drulhe le 31 mai 2016 à la galerie Rivoli 59, Paris.

A performer draws a shape in the gallery space using bleu tape. A second performer removes and rolls the lines a couple of meters after.

Performed by Raphaël Bastide and Louise Drulhe on the 31st may of 2016 at the gallery Rivoli 59 in Paris.

1962

link

info

1962 est un corpus d’installations initié en 2012. C’est un laboratoire de recherche autour de la notion de version et de la documentation de l’objet. Il représente un pilier de référence me permettant de nommer, d’expérimenter et d’archiver des hypothèses autour du code, du langage, de la description de l’objet auto-documenté. 1962, comme les projets qui en dérivent (BRANCH, Révisables et DIFF), s’inscrit dans une recherche conceptuelle inspirée par les artistes Joseph Kosuth, Robert Morris et Sol LeWitt.

Le 18 mai 2012 a eu lieu le vernissage de 1962 : First Commit à Paris. Les premiers objets y furent référencés, en ligne et sur place. À la suite des neuf versions ayant servi à rédiger les bases d’une documentation. Des versions approfondies de certains concepts furent dérivée de la branche principale ; elles donnèrent lieu a des expositions publiques comme BRANCH et Diff.

1962 est un projet publié sous licence libre. Sa documentation et les archives ont été rendues publiques dès l’initialisation du projet. Aussi, l’intégralité des documents et des écrits qui le composent sont librement copiables, modifiables et re-exposable par moi ou par d’autres. 1962 emprunte les processus de créations existant dans le développement de logiciel libres, et explore ces conséquences esthétiques sur l’objet.

Le nom de 1962 est une référence à la date de création de « Card File » de Robert Morris, dont 1962 s’inspire de la nature tautologique de l’œuvre, et la relation entre le langage et l’objet.

1962 is a group of installations initiated in 2012. It is a research laboratory focused on versioning and the documentation of physical objects. It represents a reference pillar that allows me to name, experiment and archive hypothesis around code, language, description of self-documented object.

SONAVREK

link

info

Exploration autour du format sonore, exploitant les propriétés de la page web comme paramètres de composition acoustique et visuelle.

Les sons et objets graphiques du diptyque SONAVREK varient selon la taille de la fenêtre du navigateur web dans laquelle ils sont joués associant ainsi la composition au matériel utilisé.

Study on a sound format, making use of the web page’s properties as acoustic and visual composition parameters.

The sounds and graphic objects of the diptych SONAVREK vary given the size of the web browser’s window it is played in, connecting the composition and its material.

Untitled (instant gratifications)

link

info

Cette interface emprunte aux démos en ligne de script open source l’esthétique d’un vide séduisant. Le défilement du « slideshow » d’Untitled, provoque des sons aléatoires évoquant des notifications, validations ou le succès d’un gain, incitant l’utilisateur à continuer sans arrêt.

Cette pièce fut réalisée pour « An Exhibition Of Artists That Have Unfollowed Me » commissionné par Matthew Britton, router.gallery, Berlin.

This interface borrows from the online script demos an aesthetics of seductive emptiness. Swiping the slideshow of Untitled, triggers random sounds that evoke notification, validation and gain, inciting the user to continue over and over.

This piece has been made for “An Exhibition Of Artists That Have Unfollowed Me” curated by Matthew Britton, router.gallery, Berlin.

Free Snake

link

info

Détournement du populaire concept de jeu vidéo Snake. Dans cette implémentation, une ouverture permet au serpent de sortir de la zone de jeu.

Hack of the popular video game concept Snake. In this implementation, an opening allows the snake to escape from the game level.

Screen Over Blank Book

link

info

Screen Over Blank Book rend compte d'une complémentarité des medias écran et livre par l'intermédiaire d'une intensité colorée projetée par l’un sur l’autre. Le projet a pour origine des signes découverts sur l'ouvrage L'homme et ses signes d’ Adrian Frutiger. S'en suit une recherche graphique autour de la complémentarité de ces signes, représentés par le livre d'une part et l'écran de l'autre, et dont le dialogue induit un changement de statut, du support au media. Les signes étudiés sont repris en verni sélectif sur la couverture du livre et en transparence sur l'écran, comme témoignage de mon processus.

Digimp

link

info

Cet instrument numérique contrôlé manuellement a été créé pour improviser graphiquement avec des musiciens, un groupe de musique improvisée ou des danseurs. Ce projet permet une création graphique spontanée, pouvant communiquer et être improvisée dans un ensemble, au même titre qu’un instrument sonore interagit avec les autres. Un langage de formes, couleurs, sons et mouvements doit être inventé avant chaque performance. Cela mène parfois à un tableau graphique ou typographique de comportements partagés par les performeurs.

Manually controlled instrument created to improvise graphics with musicians, an improvised music band or dancers. This project allows a graphic spontaneous creation, able to communicate and to improvise in a band, just like as a musical instrument interacts with others. A language of shapes, colors, sounds and movements needs to be found or invented before each performances. This leads sometimes to a graphic or typographic table of behaviours, shared by the performers.

Schizologies

link

info

Depuis 2008, j’ai créé et fait exister des personas (personnes ou collectifs de personnes fictifs), considérant cette pratique comme performance artistique et autobiographique. Depuis la rédaction du manifeste Schizologies, plus de 5 personas ont été créées dont trois individus : Carlo Lowfi, Fabien Mousse, Alice Leonards, et deux collectifs Network Identity Experimment Institute (N.I.E.I) et ECOGEX. Chaque persona possède une boîte mail, des contacts, une culture et un langage précis, une activité en ligne propre et des productions de différents types. Les créations signées par ces caractères vont du simple objet graphique à des participations à des expositions collectives, en passant par des objets tangibles ou numériques. La plupart des interlocuteurs de ces personas croient à leur existance. Par exemple, Fabien Mousse créé en 2008, a bénéficié d’un article dans le quotidien « El País » pour son œuvre, il a aussi vendu et envoyé plus de 40 de ces objets Real Internet Art autour du monde, ce depuis 2012.

Cette expérience identitaire me permet de donner corps à des traits complexes de personnalité et d’établir un laboratoire de style, de choix, de langage et d’interactions sociales. Cela aboutit aussi à une production artistique décentralisée de ma propre personnalité et par conséquent, plus libre et en constante interaction avec moi-même. La relation entre ces personas et moi-même fut gardée opaque et cachée jusqu’à 2015. La plupart des traces laissées par ces personas (publications, collaborations, œuvres) deviennent des preuve de leurs existences, et gagnent pour moi le statut d’œuvre. Les productions de ces personas portent dans ce dossier la mention « Revendiqué part… ».

Since 2008, I create and make exist personas as an artistic and autobiographic practice. This is for me a way to experiment style, choices, language and social interactions, and to create a decentralized production. I don’t directly produce net art pieces but I design artists or designers that have a singular production. It allows to archive my work more rightly and interact with myself constantly. The relation between the personas and me has been kept opaque and secret until 2015. Most of the tracks left by those personas (publications, collaborations, artworks) are proofs of their existence and consequently acquire the status of net art piece. Since the writing of the manifesto Schizologies, more than 5 personas has been created, among them three individuals: Carlo Lowfi, Fabien Mousse, Alice Leonards, and two collectives Network Identity Experiment Institute (N.I.E.I) and ECOGEX. The productions of those personas are listed in this document with the sentence “Claimed by…”.

Tower of Hanoi

info

Revendiqué par Carlo Lowfi

Claimed by Carlo Lowfi

Les tours de Hanoï sont un jeu de réflexion imaginé par le mathématicien français Édouard Lucas. Il consiste à déplacer des disques de diamètres différents d'une tour de « départ » vers une tour d'« arrivée » en passant par une tour « intermédiaire », cela en un minimum de coups, tout en respectant les règles suivantes : on ne peut déplacer plus d'un disque à la fois, on ne peut placer un disque uniquement sur un autre disque plus grand ou sur un emplacement vide.

Carlo Lowfi, pour Tower of Hanoi (ou A game for Computers), supprime toutes les commandes de jeu à l'exception du bouton « solve », qui commande au programme de résoudre seul le problème. Aussi, les images et les styles graphiques ont été supprimés en faveur des codes graphiques imposés par défaut dans le navigateur.

The Tower of Hanoi is a puzzle game invented by the French mathematician Édouard Lucas. The objective of the puzzle is to move disks of different diameters from a starting tower to a final tower while using an intermediate tower and the fewest possible moves, obeying the following rules : you can't move more than one disk at a time, you can only place a disk on a bigger disk or on an empty space.

Carlo Lowfi, for Tower of Hanoi (or A game for Computers), is deleting every possible command excepting the "solve" button, which is telling the program to solve the puzzle alone. Also, all the graphical user interface has been deleted in favour of the browser default's graphical codes.

Mail de Michel

link

info

Revendiqué par Michel Eko

Claimed by Michel Eko

Capture video de l’écriture d’un email de Michel Eko à Fabien Mousse.

Video capture of an email being written from Michel Eko to Fabien Mousse.

Fabien Mousse

link

info

Jeune artiste étudiant, originaire de Quimper, France. Il fait partie de la troisième génération de net artistes et produit des œuvres Internet ou physiques. Ses influences vont de la la culture populaire internet (4chan, reddit…) à la science fiction, en passant par le jeu vidéo. Il possède un compte Twitter @fabmous sur lequel il publie ses avis sur l’art et la technologie. Fabien Mousse a participé à de nombreuses expositions en ligne comme The wrong / Shadow Box en 2013, ou fa-g.org / Your banner here et hors ligne, comme BYOB Paris en 2011.

Souvent provocateur et sans gène, le ton de Fabien Mousse oscille entre attirance et dégoût à l’encontre du monde de l’art contemporain, paradoxe que l’on retrouve dans la plupart de ses créations listées sur son site web.

Young student and artist from Quimper, France. Fabien Mousse is part of the third generation of net artists and produces Internet and physical work. His influences are the Internet popular culture (4chan, reddit…), science fiction, and video games. He owns a Twitter account @fabmous on which he writes his thoughts on art and technology. Fabien Mousse participated to numerous online exhibitions such as The wrong / Shadow Box in 2013, or fa-g.org / Your banner here and offline, such as BYOB Paris in 2011.

Often provocative, Fabien’s tone waves from attractions and disgust against the contemporary art world, a paradox that we can find in most of his creations, listed on his website.

TEMP

link

info

Revendiqué par Fabien Mousse

Claimed by Fabien Mousse

Chaque carte TEMP permet l’accès à 10 œuvres en ligne uniques, créées par l’artiste. Chacune de ces pages est détruite après 900 secondes après sa première et seule ouverture. Vendues directement par l’artiste, ces cartes portant la mention « Temporary Internet Art for a Very Important Audience », sont des laisser-passer vers des pièces éphémères, revendiquant la désillusion d’un Internet pour tous et pour toujours.

Each TEMP card allows access to 10 online art pieces, created by the artist. Each one of those pages vanishes after 1000 seconds after their opening. Sold directly by the artist, those cards that hold the sentence “Temporary Internet Art for a Very Important Audience”, are “laisser passer” to ephemeral pieces, claiming the disillusion of an Internet for all and forever.

Real Internet Art

link

info

Revendiqué par Fabien Mousse

Claimed by Fabien Mousse

Real Internet Art est un manifeste physique qui prend place dans un micro marché de l’art, subversif et à l’échelle de l’artiste. Real Internet Art n’est pas une parodie mais une critique d’un art Internet visuellement attrayant, conceptuellement « plat » et souvent trop simplement interactif. Ce projet vise à créer une économie directe, de l’artiste au public, alternative et locale, dont les conditions sont idéales pour définir ce qu’est l’art en ligne. Échappant aux curateurs et aux galeristes, se servant de Bitcoin comme monnaie de payement et des vidéos de déballage (unboxing) comme moyen d’autopromotion, Real Internet Art permet à l’artiste de gagner de son art en autarcie. C’est une utopie réelle, à petite échelle et évitant la centralisation, pour une création honnête.

Presse : elpais.com

Real Internet Art is a physical manifesto that takes place in a subversive micro art market at the scale of the artist. Real Internet Art is not a parody but a criticism of “flat” Internet art creations, eye-candy interactive web pages. It creates an alternative, local, and artist-to-audience economy, ideal conditions for a deeper interrogation of what online art is. Escaping curators and gallerists, using Bitcoin as a payment system, and the buyer’s unboxing videos to promote itself, Real Internet Art is a way of earning from my art in autarky. This is a small-scale utopia, that is real, avoiding centralization for a real and honest creation.

Buttons

link

info

Revendiqué par Fabien Mousse

Claimed by Fabien Mousse

Série de 10 boutons HTML modifiés qui déclanchent des évènnements faisant différentes références à la culture populaire d’Internet et aux codes du web design.

Ce projet fut créé à l’occasion de Shadow Box pavilion for The Wrong bienale 2013.

Set of 10 modified HTML buttons that trigger events that refer to popular internet culture or codes of web design and User Interface.

This project was shown in Shadow Box, pavilion for Tho Wrong bienale 2013.

Spliff & Coffee TETRIS

link

info

Revendiqué par Fabien Mousse

Claimed by Fabien Mousse

Ce détournement du très populaire jeu de Game Boy Tetris, étend le niveau à une hauteur particulièrement grande et donc rend le rythme du jeu très lent, assez pour aller se chercher un café.

This hack of the very popular Game Boy game Tetris stretches the level to a particularly high height and make the game’s rhythm very slow. Slow enough to go for a cup of coffee.

Strobopast

link

info

Revendiqué par Fabien Mousse

Claimed by Fabien Mousse

Strobopast est un collectif franco-marocain composé de Julien A. Lacroix, Fabien Mousse,

Timesplitters

link

info

Revendiqué par Fabien Mousse

Claimed by Fabien Mousse

Référence à une génération de technologies obsolètes, ce triptyque fut placé dans le contexte de l’exposition collective BYOB (Bring Your Own Beamer) à Paris. Ce modèle d’exposition créé par l’artiste Rafael Rozendaal, a rassemblé bon nombre d’artistes peu ou pas connus autour d’une seule contrainte : venir avec son propre projecteur. Comme dans Real Internet Art ou Disappointment, le choix de Fabien Mousse fut d’exposer dans ce contexte de projections parfois racoleuse, une critique de la forme interactive, ou du « sucre rétinien ». Timesplitters est une œuvre de petite taille qui fut placée sous un escalier. La projection est créée par la lumière indirecte des appareils désuets : le bruit blanc des téléviseurs et la lampe de la visionneuse de négatifs.

Exposé à Plateforme Paris pour BYOB, en 2011

Referring to a generation of obsolete technologies, this triptych has been placed in the context of the collective exhibition BYOB (Bring Your Own Beamer) Paris. This exhibition model has been created by the artist Rafael Rozendaal, gathering a large number of known and less known artists around a single constraint: to come with his own projector. Just like in Real Internet Art or Disappointment, the choice of Fabien Mousse was to exhibit in this -sometimes lurid- context, a critique of the interactive form. Timesplitters is a small size installation, placed under a stairway. The projection is created from the indirect light of the disused hardware: the white noise of the television sets and the negative viewer box’s lamp.

Exhibited: Plateforme Paris for BYOB in 2011

INTERNET PAGE

link

info

Revendiqué par Fabien Mousse

Claimed by Fabien Mousse

Sur cette page web, le curseur de l’utilisateur est remplacé par une photographie des mains de Fabien Mousse, qui laissent apparaitre une contre-forme de curseur.

On this webpage, the user's cursor is replaced by a picture of Fabien Mousse hand's, which are producing a cursor shape in negative space.

UNFAM

link

info

UNFAM est une web app expérimentale et open source, assistant la création de collages pour différents medias (documents, objets, page web…). L’application utilise comme base des documents sous licence Créative Commons ou du dommaine public. UNFAM cherche à interroger le statut ambigüe de l’utilisateur, entre opérateur, designer et hacker.

Ce projet fut initié pour une masterclass à la Parsons School of Paris.

UNFAM is an experimental open source web app that assists the creation of collages for various outputs (documents, objects, web pages…) with unfamous and unfamiliar creative commons and public domain graphic content. UNFAM tries to interrogate the ambiguous status of the user, between operator, designer and hacker.

This project has been initially made for a masterclass at the Parsons School of Paris.

Use & Modify

link

info

Use&Modify est un site web permettant de trouver et télécharger des fontes sous licence libre ou open source. Ces fontes sont pas conséquent librement utilisables modifiables et re-distribuables. Ce projet a été initié pour une utilisation personnelle et pédagogique.

Use & Modify is a website allowing to find and download typefaces under free (as in free software) or open source licenses. Those fonts are consequently freely to use, modify and redistribute. This project has been initiated for a personal and pedagogic use.

Unilist

link

info

Unilist est une micro web app open source permettant de copier rapidement des caractères Unicodes.

Unilist is a micro web app allowing to quickly copy Unicode characters.

Avara

link

info

Caractère typographique open source sans courbe, basé sur une grille carrée pour faciliter sa modification. Ce projet a été initié par Raphaël Bastide puis modifié par Wei Huang et Lucas Le Bihan.

Avara is a curveless open source typeface based on a square grid to make its modification easier. This project has been initiated by Raphaël Bastide, then modified by Wei Huang and Lucas Le Bihan.

Steps Mono

link

info

Caractère typographique open source dessiné par Raphaël Bastide et Jean-Baptiste Morizot comme prétexte à la démonstration d’une collaboration typographique.

Open source typeface designed by Raphaël Bastide and Jean-Baptiste Morizot as a pretext to the demonstration of a typographic collaboration.

Whois Mono

link

info

Caractère typographique open source à chasse fixe.

Open source monospace font.

Terminal Grotesque

link

info

Caractère pixel / grotesque open source.

Open source pixel / grotesque font.

Page generated in 08/2017 using Workchain 0.7, custom made art portfolio CMS.